728 x 90

Tout savoir sur le régime paléo

Tout savoir sur le régime paléo

Obésité, maladies cardiaques et diabète, ce ne sont là que quelques-unes des conditions de santé que les partisans du régime paléolithique ou régime de l’homme des cavernes attribuent à notre mode de vie sédentaire et à notre alimentation moderne qui est riche en sucre, en graisses et en aliments transformés. Leur solution ? Mettre de

Obésité, maladies cardiaques et diabète, ce ne sont là que quelques-unes des conditions de santé que les partisans du régime paléolithique ou régime de l’homme des cavernes attribuent à notre mode de vie sédentaire et à notre alimentation moderne qui est riche en sucre, en graisses et en aliments transformés. Leur solution ? Mettre de côté les aliments modernes de notre alimentation et revenir à la façon de manger de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs.

Pour avoir une idée de ce que cela signifie, nous nous sommes tournés vers les résultats des travaux de plusieurs experts sur le sujet, dont l’auteur lui-même du Paléo Régime (Paleo Diet), Loren Cordain, professeur émérite  à la Colorado State University à Fort Collins, aux Etats-Unis.

Pour commencer, Cordain évoque que l’on doit faire de l’exercice régulièrement tout en suivant un régime strict composé uniquement d’aliments qui peuvent être chassés et cueillis pour être et rester en bonne santé avec le régime paléo. Dans sa forme la plus pure, le régime paléo vous permet de ne manger que les aliments que les humains mangeaient lorsqu’ils parcouraient la planète pour la première fois il y a des millions d’années.

L’alimentation peut améliorer votre santé en éliminant les aliments riches en matières grasses et les aliments transformés qui ont peu de valeur nutritive et trop de calories. Ce plan met l’accent sur la consommation de fruits et de légumes qui regorgent de vitamines, de minéraux et de fibres sains, ce qui vous permet de manger moins et de prendre moins de poids.

Vous perdrez du poids parce que chaque fois que vous limitez des groupes alimentaires entiers, votre apport calorique a tendance à être inférieur, dit Sandon. Et chaque fois que vous brûlez plus de calories que vous n’en consommez, vous perdez du poids, dit-elle. L’accent mis sur les protéines maigres, les fruits et les légumes plutôt que sur les aliments transformés riches en calories et en sodium peut également contribuer à la perte de poids, bien qu’elle souligne également que le régime paléo n’a pas été créé pour être un régime de perte de poids.

Notez que bien que les noix et les graines soient permises dans ce régime, elles peuvent être riches en calories et les personnes qui veulent perdre du poids devront limiter leur consommation.

Que dit la recherche sur ce régime ?

Certaines recherches suggèrent que les allégations relatives à la santé sont vraies. Les résultats sur quatre Essais Randomisés Contrôlés (ERC) auxquels ont participé 159 participants ont permis aux chercheurs de constater que le régime paléo a entraîné une amélioration à plus court terme de certains facteurs de risque de maladies chroniques (dont le tour de taille et la glycémie à jeun) que d’autres régimes de contrôle.

Pourtant, de nombreux scientifiques se sont inquiétés du fait que nous n’avons pas encore suffisamment de preuves pour affirmer les bienfaits du régime paléo sur la santé, en particulier ses effets à long terme. En fait, dans un article en réponse à la première revue, les auteurs Tanis R. Fenton et Carol J. Fenton, de l’École de médecine Cumming au Canada, ont écrit une lettre à la rédaction dans laquelle ils expriment leur déception face à la revue.

Ils ont révélé parmi leurs arguments que certains des résultats n’étaient pas statistiquement significatifs et ne montraient pas non plus « d’effets cliniques importants ». Ils ont conclu qu’ils ne croyaient pas que les résultats de l’étude montraient des preuves en faveur du régime paléo et ils ont appelé à plus de soin dans la formulation de recommandations de santé pour le grand public.

Aliments à manger et à éviter durant le régime paléo

Pour un régime paléo réussi, vous aurez moins recours aux aliments transformés et vous éviterez également tous les grains, les légumineuses et la plupart des produits laitiers. Voici un aperçu du plan alimentaire.

Quoi manger

Bien que le « régime paléolithique » n’ait pas encore fait ses preuves,adopter ce plan alimentaire signifie que vous serez tenu de donner la priorité aux graisses et aliments naturels tels que :

  • les coupes maigres de bœuf, de porc et de volaille, de préférence nourries à l’herbe, biologiques ou en pâturage libre ;
  • le gibier, comme la caille, le chevreuil et le bison;
  • les œufs, mais pas plus de six par semaine et de plein air de préférence ;
  • les poissons, y compris les mollusques et les crustacés ;
  • les fruits, comme les fraises, le cantaloup, la mangue et les figues.
  • les légumes non amylacés, comme les asperges, les oignons, les poivrons et la citrouille ;
  • les fruits à coque et graines, y compris les amandes, les noix de cajou, les noix de Grenoble et les graines de courge ;
  • et les huiles, dont l’huile d’olive, l’huile de lin et l’huile de noix, à consommer avec modération.

Ce qu’il faut éviter

De même, tous les aliments qui n’étaient pas facilement accessibles aux humains du Paléolithique sont interdits dans ce régime, explique Holley. Cela signifie que les aliments transformés, dont beaucoup contiennent du beurre, de la margarine et du sucre ajoutés, ne devraient pas faire partie de l’alimentation en régime paléo. Il en va de même pour les produits laitiers qui n’étaient peut-être pas accessibles aux humains du Paléolithique et les légumineuses qui sont considérées par de nombreux partisans du régime alimentaire difficilement digestibles par le corps.

Gardez à l’esprit que certaines versions du régime paléo sont moins strictes que d’autres et permettent certains produits laitiers ou légumineuses, comme les arachides, toujours d’après Holley.

Aliments à éviter :

  • Tous les produits laitiers, y compris le lait, le fromage, le yaourt et le beurre ;
  • les céréales, comme le blé, le seigle, le riz et l’orge ;
  • les légumineuses, comme les haricots, les arachides et les pois ;
  • les légumes amylacés, comme les pommes de terre (et certains disent même les patates douces) ;
  • les les sucreries, y compris toutes les formes de bonbons ainsi que le miel et le sucre ;
  • les édulcorants artificiels ;
  • les boissons gazeuses sucrées et les jus de fruits ;
  • les viandes transformées et salées, comme le bacon, les charcuteries et les hot-dogs ;
  • et les autres aliments hautement transformés.

Un exemple de menu du régime paléo

Le régime paléo est devenu l’une des approches alimentaires les plus discutées sur le marché, vous n’aurez donc pas de mal à trouver une multitude de recettes en ligne et sur les bibliothèques, virtuelles ou non. Mais si vous êtes débutant, voici un exemple de menu d’une journée du régime paléo pour vous aider à démarrer.

Petit-déjeuner : oignon et omelette aux épinards avec pâté de foie.

Déjeuner : thon enveloppé dans de la laitue aux amandes.

Collation : œufs durs.

Dîner : bœuf Bourguignon.

Dessert : glace au lait de coco.

Risques et avantages éventuels du régime paléo

Bien que le régime paléo ne soit certainement pas un remède en lui-même, il comporte certains avantages potentiels. Mais cela ne veut pas dire qu’il est taillé pour tout le monde, certains risques devraient être pris en compte avant de vraiment l’adopter.

Les avantages potentiels du régime paléo

Il y a une poignée d’avantages potentiels que vous pouvez récolter en suivant le régime paléo. Tout d’abord, en mangeant des fruits et des légumes, vous obtiendrez bon nombre des vitamines et des minéraux essentiels dont vous avez besoin.

De plus, le régime alimentaire est simple. Vous mangez les aliments qui sont acceptables et évitez ceux qui ne le sont pas, vous n’avez pas de plan de repas préemballé ou de cycle alimentaire à suivre.

D’après Holley, ce régime permet de s’affranchir de beaucoup d’aliments naturels transformés, comme les différents grains travaillés industriellement ou le sucre ajouté dans les boissons gazeuses. Et parce qu’il favorise la consommation d’aliments anti-inflammatoires comme les fruits, les légumes et les graisses insaturées dans les noix et certaines huiles, votre santé pourrait en bénéficier. En éliminant les aliments transformés et le sucre, vous contribuerez également à réduire le risque de certaines maladies, comme le diabète de type 2 et certains cancers.

En outre, l’alimentation met l’accent sur l’exercice qui est un élément important d’un mode de vie sain et qui peut vous aider à perdre ou à maintenir votre poids.

Les inconvénients du régime paléo (coût, difficulté et preuves limitées)

Mais un régime alimentaire « chasseur-cueilleur » peut être difficile à maintenir, surtout à long terme. Parce que la plupart des aliments sont consommés nature, suivre l’approche alimentaire peut devenir ennuyeux après un court laps de temps.

Cela peut aussi coûter cher. En effet, les aliments qui sont cultivés biologiquement ainsi que le bœuf nourri d’herbe et d’autres viandes coûtent généralement plus cher.

D’autre part, il n’y a aucune preuve scientifique concrète que le régime paléo prévienne les maladies, dit Sandon. Toute preuve de ses avantages est anecdotique. Bien que certaines études semblent confirmer les bienfaits du régime, de nombreux scientifiques croient toujours que nous n’avons pas encore suffisamment de preuves pour savoir si cette approche alimentaire est totalement saine et sans risque. Ce n’est pas vraiment un nouveau concept, mais plutôt un concept qui a été recyclé au fil des ans.

Par exemple, l’apport en matières grasses de l’alimentation peut être problématique. « Mon plus gros problème avec le régime paléo, c’est tous les gras saturés qu’il favorise avec toutes les viandes « , explique Holley, faisant remarquer que l’on pourrait rechercher une viande d’origine locale, dont on connaît l’origine et la méthode d’élevage, comme une option plus saine. Les gras saturés provenant de la viande ont été associés à un risque accru de mort prématurée.

Le régime paléo pour la gestion de la glycémie

Bien qu’il n’existe pas de régime alimentaire parfait pour les diabétiques, certaines recherches suggèrent que l’accent mis sur les aliments entiers pourrait aider les personnes atteintes de diabète de type 2 à gérer leur glycémie, à baisser leur tension artérielle et à perdre du poids.

Mais les critiques soutiennent que la quantité illimitée de viande rouge permise par le régime paléo peut avoir un effet négatif sur la santé cardiaque des personnes atteintes de diabète, car la recherche établit un lien entre la consommation excessive de viande rouge et les problèmes fonctionnels du cœur. Si vous êtes diabétique et que vous ne modérez pas votre consommation de viande rouge, cela pourrait poser un gros problème. En effet, les personnes atteintes de diabète risquent deux fois plus de mourir d’une maladie cardiaque que celles qui ne l’ont pas.

Pour résumer, jusqu’ici, il n’y a pas assez de résultats d’étude encourageants pour que les experts recommandent officiellement aux personnes atteintes de diabète d’essayer le régime paléo. Mais si vous voulez essayer le plan dans le but de vous aider à gérer votre glycémie, assurez-vous d’en discuter d’abord avec votre professionnel de la santé.

Le régime Paléo est-il bon pour la santé cardiaque ?

Comme pour le diabète de type 2, le régime paléo peut être bon ou mauvais pour le cœur. Cela se résume à la façon dont vous suivez l’approche alimentaire.

Si vous mangez une quantité illimitée de viande rouge (ce que le régime paléo permet techniquement), vous pourriez voir votre santé cardiaque en souffrir. Bien que les experts applaudissent l’omission des aliments emballés et transformés comme les gâteaux, les biscuits, les croustilles et les bonbons, tous bien connus pour être mauvais pour le cœur, ils n’iront pas jusqu’à vous interdire d’introduire les grains entiers, les légumes et la plupart des produits laitiers dans votre alimentation comme le préconise le régime paléo. Les grains entiers, en particulier, ont été associés à de meilleurs taux de cholestérol, ainsi qu’à une réduction du risque d’accident vasculaire cérébral, d’obésité et de diabète de type 2. Il s’agit là de comorbidités de maladies cardiaques.

L’essentiel ? Parlez à votre médecin avant d’essayer le régime paléo pour les maladies cardiaques. Il sera en mesure de vous dire si cela vous convient et, le cas échéant, comment vous devriez aborder le plan en vue d’une santé optimale.

Le régime paléo peut-il aider à gérer les maladies auto-immunes ?

Bien que la recherche sur le rôle possible du régime paléo dans la prise en charge des maladies auto-immunes soit assez limitée, l’intérêt des chercheurs et des partisans du régime paléo pour cette perspective ne s’estompe pas. Il existe même un régime spécialement créé dans ce but précis, le régime paléo Auto-immune.

Même si les partisans du régime paléo disent qu’ils ont vu de façon anecdotique que ce régime aide à contrôler les maladies inflammatoires de l’intestin, le psoriasis, l’eczéma, la sclérose en plaques, la maladie coeliaque et la thyroïdite de Hashimoto, la recherche sur ces effets fait encore défaut.

De ce fait, ne vous attendez pas à ce que le régime paléo soit une panacée pour toutes les maladies auto-immunes et surtout, n’hésitez pas à consulter votre médecin avant de vous y mettre.

À quoi vous attendre si vous essayez le régime paléo ?

En vous adonnant à un régime paléo, vous pourriez perdre du poids rapidement en fonction du respect strict des aliments de la liste autorisée et des exercices physiques que vous ajoutez à votre routine quotidienne.

À long terme, vous devez vous assurer de consommer du calcium et d’autres nutriments qui seront omis en laissant de côté les produits laitiers et les céréales. Certains aliments approuvés par les paléontologues, comme le saumon et les épinards, contiennent du calcium. Vous devez donc vous assurer de les inclure dans votre alimentation. Ce serait une bonne idée de vérifier auprès d’une diététiste professionnelle pour vous assurer que vous répondez à vos besoins en calcium et autres nutriments.

Dans l’ensemble, le régime paléo n’est pas un mauvais choix d’après les dires de Holley. Si quelqu’un suit le régime alimentaire en supprimant les aliments transformés, les viandes transformées et les boissons sucrées et en les remplaçant par plus de fruits, de légumes et de graisses saines, il a des chances de constater certains bienfaits sur sa santé.

Certaines versions de ce régime alimentaire sont plus restrictives que d’autres, limitant les aliments comme les produits laitiers ou le beurre d’arachide. Il pourrait être accablant de supprimer plusieurs groupes d’aliments à la fois. Holley suggère d’essayer de petits changements progressifs à la place.

Posts Carousel